[Test] Audio-Technica MSR7 : la référence

Performances sonores

Signature sonore

Si Audio-Technica n’a pas toujours eut la main heureuse avec ses casques hi-fi nomades, force est de constater que le ATH-MSR7 est une excellente surprise. Précis, aéré, agréable, le casque offre tout ce qu’on attendait d’un modèle ouvert, mais en fermé.

La pointe des 8kHz, typique sur les casques Hi-Fi est immédiatement audible : les aigus sont vifs avec une distorsion inaudible mais le MSR7 peut vite se montrer sybillant. La finesse de rendu est impressionnante, encore plus sur un casque de cette gamme, et l’écarte des modèles classiques plus portes sur le bas du spectre.

Au fur et à mesure des écoutes, le constat est clair : le MSR7 est un excellent casque. Entre Hi-fi et monitoring, ce modèle parvient assez bien à concilier les deux mondes : avec un ampli de qualité l’expérience vaut le détour à bien des égards. Encore plus compte tenu du prix demandé, ce dernier pouvant rivaliser sans problème avec des modèles deux à trois fois plus cher…

Après plusieurs heures d’écoute

Les graves, justement, s’avèrent très bons eux aussi. La membrane réagit vite et avec justesse, même si il faudra bien alimenter le casque. Pas vraiment sensible, un baladeur audiophile ne sera pas de trop pour réussir à faire sortir des basses un temps soit peu pêchues. Ceci fait, le MSR7 fait du très bon travail.

Rien d’aussi coloré/fun que le ATH-M50x, mais largement de quoi satisfaire l’audiophile le plus exigeant, d’autant plus que le grave ne vient jamais manger sur le reste du spectre. La précision des grave n’a rien à envier aux aigus, la courbe sonore reste parfaitement équilibré en toute circonstance et rien ne vient ébranler cette constance.

Les médiums font la part belle aux voix, la stéréophonie est parfaitement rendue et les timbres sont parfaitement justes. Sur Hey Laura de Gregory Porter, on accroche dès les premières secondes tant la voix nous scotche par sa proximité et sa chaleur. Sur du Jazz Vocal, le MSR7 dévoile une facette surprenante restituant avec finesse toutes les subtilités du genre.

La scène sonore ultra-large est sans conteste l’un des meilleurs point-fort du casque. Sur de la musique classique, le MSR7 est – à mon sens – imbattable dans cette gamme de prix, que ce soit en nomade ou sédentaire.

Audio-Technica ATH-MSR7

Conclusion

Véritable référence parmi les casques nomades, le ATH-MSR7 d’Audio-Technica fut et reste une superbe réussite. Comfortable, bien pensé et particulièrement mélodieux, c’est aussi bien un excellent casque qu’un très bon rapport qualité/prix.

Sa signature montante pourra déstabiliser certains auditeurs, mais rien d’insurmontable si tant est que vous disposiez d’un égaliseur sur votre source. Un petit -2/-3dB aux 8kHz et vous obtenez la l’un des casques les plus droits du genre. Sur le reste des fréquences, rien à dire, le MSR7 est tout bonnement impressionnant.

Le ATH-MSR7 s’avère très confortable, même si il sert bien la tête.

Vendu autour des 150€/200€ actuellement, c’est une valeur sûre pour l’audiophile à la recherche d’un casque polyvalent, esthétique et paré pour les longues sessions d’écoute. Si vous préférez partir sur la nouvelle version, pas de soucis, le test arrive aussi très vite de toute façon !

Pages : 1 2 3

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Un commentaire

Laisser un commentaire