[Test] Audio-Technica MSR7 : la référence

Classique parmi les classique désormais, le ATH-MSR7 d’Audio-Technica est un casque qui entre dans sa dernière année d’existence. A l’aube de la sortie de son remplaçant, le ATH-MSR7B, on vous propose un test du premier modèle, car connaître ses classiques, c’est essentiel.

A propos d’Audio Technica

Fondé en 1962 par Hideo Matsushita à Tokyo, Audio-Technica est l’un des constructeurs les plus réputés dans le monde la Hi-Fi. Si ils ont commencé par la platine Vinyle, leur gamme s’est progressivement étendue à tous les genres : microphones, casques, cellules et même systèmes sans-fil pour professionnels.

Une marque de légende avec un logo iconique.

Si leur modèle le plus vendu est avant tout destiné au monde professionnel (le fameux ATH-M50x), la marque a toujours sur proposer des modèles destinés aussi bien aux mélomanes qu’aux audiophiles. Que ce soit du casque hifi classique comme le ATH-AD700x ou le ATH-AD900X, de l’intra-auriculaire avec le ATH-E70 et bien sûr du casque nomade avec le ATH-MSR7.

On remarquera qu’au cours de ces dernières années, ce dernier a eut droit à toute une série de « sequel » :

  • MSR7BT : le même avec réduction de bruit en prime
  • DSR7BT : un tout en un combinant le driver du MSR7 avec un DAC propriétaire et du bluetooth apt-X HD
  • DSR9BT : la version ultime qui mixe l’aspect studio du M50x, les transducteurs du MSR7 et les technologies de la série DSR

Et depuis ce début d’année : le ATH-MSR7b, à la signature sonore remaniée et au bi-câblage symétrique grâce à sa prise Y.

Le ATH-DSR7 est la version ultime du MSR7 avec son DAC intégré.

Design et confort

Première prise en main

Cousin audiophile du Audio-Technica M50x, le design du MSR7 fait écho au monde de la prise de son. Larges oreillettes épaisses, circum-aural, arceau rembourré, beaucoup d’éléments semblent tout droit repris de la gamme MXX de la marque japonaise. Pourtant, à y regarder de plus près, le MSR7 est un véritable casque hi-fi qui tend à se détacher de la précédente génération.

Disponible en trois coloris : noir, marron et rouge en édition limitée, le MSR7 se distingue nettement des classiques casques audio de la marque. Habitué des modèles arborant des coques en bois japonais, des arceaux fins et des câbles fixes, Audio-Technica change son fusil d’épaule pour ce nouveau modèle.

La version rouge/marron reste la plus agréable visuellement.

Le MSR7 noir justement est clairement le modèle qui fera le plus penser au monitoring. Entièrement vêtu de noir, seul le chanfrein des coques et la bande interne de l’arceau briseront cette robe sombre. La version marron est moins austère, le cerclage rouge au centre de la coque attirant immédiatement le regard, une petite touche de fantaisie qui fait – à mon sens – tout le charme du ATH-MSR7.

Sur la tête

L’arceau large et les oreillettes à mousse à mémoire de forme font une nette différence une fois le casque chaussé. Exit le confort spartiate de la série ES, le MSR7 est le premier casque nomade de la marque – avec le M50X – à proposer un tel niveau de confort. Bien équilibré, le casque ne vacille pas lors de mouvements de têtes brusques et bien que le câble ne sorte que d’une oreillette, rien ne trouble la fête.

Le design du MSR7 séduit encore aujourd’hui.

Si le clamping est un peu fort, l’épaisseur des oreillettes compensent largement cet aspect. Le MSR7 joue là son meilleur atout ergonomique : une isolation optimale sans contraindre l’auditeur. Petit bémol, les oreillettes ne sont pas perforées et les oreilles les plus sensibles seront peut-être sensible à la température. Le vinyle des pads imite parfaitement le rendu du cuir, choisissez le en noir pour un effet maximum.

L’arceau cranté s’adapte aisément à toutes les morphologies et pour les inquiet : oui il est possible de porter le MSR7 avec des lunettes.

Pour les caractéristiques techniques, rendez vous en page 2.

Pages : 1 2 3

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Un commentaire

Laisser un commentaire