[Test]Astell&Kern JR : l’enfant prodige !

Depuis 2 ans Astell&Kern n’a de cesse de renouveller sa gamme de baladeurs. Après les luxueux AK240, AK120ii et AK100ii, la marque a dévoilé le gargantuesque AK380 et le petit dernier AK Jr. Plus petit, plus compact et plus accessible ce baladeur devrait permettre à la marque de se placer à côté de ses concurrents chinois.

Est-ce le cas ? La réponse dans ce test.

Le Astell&Kern Jr se marie parfaitement avec les 1964-V6S. L'alternative la plus nomade du moment.
Le Astell&Kern Jr se marie parfaitement avec les 1964-V6S. L’alternative la plus nomade du moment.

Prise en main

Astell&Kern est un peu le Lamborghini des baladeurs audiophiles, design avant-gardiste, finitions léchées et un goût certain pour le luxe avec des appareils dont le prix ne cesse d’aligner les zéros.
Et pourtant, la marque ne nous a jamais trompé sur la marchandise avec des produits au performances de très haute volée et une qualité de finition bien au dessus de ce que propose la concurrence pour le moment.

Le AK Jr est à la fois le baladeur le plus fin, mais aussi le moins cher de la gamme. Héritage direct de la philosophie iriver (le constructeur derrière Astell&Kern) il nous renvoie vers la précédente gamme iaudio, l’aluminium en plus. Large écran tactile, molette de volume et coque en aluminium, les pré-requis de base sont bien présents et une fois en main impossible de ne pas trouver le Astell&Kern Jr élégant.

La face avant ne présente qu’un large écran tactile, surmontant une base en aluminium brossé permettant une préhension plus simple de l’appareil. Notre modèle de test a été gravé sur cette surface et cela lui donne du style, en tout cas à titre personnel j’apprécie l’effet.

Le dos en verre confirme le positionnement Premium du produit, même si face aux AK100ii et AK120ii il fera un peu plus léger, ce qui n’est toutefois pas un mal. La finesse de l’engin est impressionnante et nul doute que si A&K avait pu se le permettre ils auraient basculer sur une prise jack de 2.5mm.

astell&kern_jr_900x124

La bordure gauche dispose des désormais traditionnels boutons pause/play, piste suivante, piste précédente que l’on retrouve sur toute la gamme Astell&Kern. Sur la tranche droite se trouve la molette de volume numérique, celle-ci est très précise et fonctionne par pas de 0.5, pratique pour trouver le bon réglage.

Enfin on retrouve le port micro-SD pour brancher un espace de stockage supplémentaire. Déception, celui-ci n’accepte que les cartes de 64Gb maximum… du moins sur le papier, car en ex-fat nous avons pu poussé jusqu’à 128gb après la mise à jour.

L’écran reste en dalle IPS mais la définition est en retrait par rapport à ses grands frères, dans un monde « retina » c’est toujours surprenant de redécouvrir des écrans avec des pixels apparents.

Le AK Jr présente bien, pas de surprises à ce niveau, la marque a une image à défendre et elle le fait avec classe. Voyons maintenant si la prise en main est aussi agréable que l’appareil.

Compatible 24bits et DSD, le Astell&Kern Jr est en plus doté de 64Gb de mémoire interne.
Compatible 24bits et DSD, le Astell&Kern Jr est en plus doté de 64Gb de mémoire interne.

Ergonomie et interface

Si la dernière génération de baladeurs fonctionnait sur une base Android le AK Jr revient sur une base maison avec l’OS Iriver déjà présent dans la première génération de AK100 et AK120. Plutôt bien fichu avec des icônes clairs et une interface réactive, on navigue sans problème sur le AK Jr. Navigation par Tags ou directement par dossier pour ceux qui ont déjà triés leurs dossiers.
La gestion des tags est complète, pochette, nom d’artiste, nom d’album, compositeur.

Une fois une piste lancée il est possible de créer une liste de lecture ou de modifier l’égaliseur. L’égaliseur ne fait que 5 bandes par contre, contrairement aux modèles plus haut de gamme qui gère 10 bandes désormais, une déception à ce niveau.

Grâce à sa finesse, le AK Jr se glisse dans toutes les poches et sa largeur contenue le rend très agréable à prendre en main, la molette de volume tombe facilement sous la main et le dos en verre renforce le feeling luxe de l’ensemble.

Le volume se contrôle même écran éteint et je n’ai pas trouvé d’option pour modifier ce réglage, il faudra donc faire attention en poche car le volume peut être modifié par inadvertence sans même toucher l’appareil.
Rien de particulier sinon, et ce n’est pas un reproche : le Astell&Kern Jr fait le nécessaire mais le fait bien. Sans être meilleur qu’un autre au niveau de l’ergonomie, il n’est en tout cas pas en retrait et sait tirer son épingle du jeu. Petit bémol quand même pour l’égaliseur, trop léger en 2015.

Le Astell&Kern Jr est le tout dernier né de la gamme. Plus fin, plus léger et plus abordable.
Le Astell&Kern Jr est le tout dernier né de la gamme. Plus fin, plus léger et plus abordable.

Caractéristiques techniques du AK Jr

Le Astell&Kern Jr utilise une puce connue et reconnue, le Wolfson WM8740, que l’on retrouve dans le premier FiiO X3, le Ibasso DX50 ou encore des DAC/Ampli tel que le Ibasso D-Zero MKii. Sa signature est chaude avec des médiums légèrements renforcés et des aigus en retraits, mais associé au bon ampli c’est une petite merveille qui a déjà séduit de nombreux audiophiles et mélomanes au cours de son existence.

En terme de compatibilité, le AK Jr lit tous les formats disponibles jusqu’au 192 kHz / 24 bits, il s’autorise même le DSD(64/128) via une reconversion en PCM Stéréo. Les 64go de stockage interne ne seront pas de trop pour copier sa musicothèque et la mémoire est extensible via micro-sd.

Petit plus du AK Jr, la connectivité Bluetooth 4.0 permettant de relier un casque sans fil comme le B&O H8, Astell&Kern continue d’être la seule marque à proposer des fonctionnalités réseaux sur leurs appareils.

Tableau des caractéristiques

  • Modèle : AK Jr
  • Couleur : Argent
  • Matériaux : Verre et aluminium
  • Ecran : 3.1″ WQVGA capacitif
  • Formats audio supportés : WAV, FLAC, WMA, MP3, OGG, APE(Normal, High, Fast), AAC, ALAC, AIFF, DFF, DSF
  • Sampling supportés : FLAC, WAV, ALAC, AIFF : 8kHz ~ 192kHz (8/16/24bits per Sample)
    / DSD : DSD64 (1bit 2.8MHz), Stereo (DSD to PCM)
  • DAC : Wolfson WM8740
  • Support Bit Perfect et Bluetooth 4.0
  • Tension de sortie : 1.95Vrms
  • Dimensions : 52.9mm x 117mm x 8.9mm (l x h x L)
  • Poids : 93g
  • Stockage : 64Gb de mémoire interne + 64gb de carte micro SD (compatible 128gb et 200gb en exfat)
1964-v6s_ blog_audiogarden_test (32)
Moins épais que les AK100ii et AK120ii, le AK Jr n’en reste pas moins classieux.

Performances sonores

Le Astell&Kern Jr part donc sur une base connue mais sure avec le Wolfson WM8740. Ce DAC nous avait largement conquis avec le Ibasso DX50 et il faut dire que la magie opère de nouveau sur le AK Jr.

La scène sonore est très proche du AK100ii avec une position d’écoute légèrement en retrait, parfait avec les intras qui ont souvent un rendu très frontal. Comparé aux premiers Astell&Kern eux aussi en WM8740, la scène sonore est moins diffuse, comme si les premiers modèles agrandissaient démesurément l’espace sonore. Le changement d’ampli n’y est sans doute pas anodin.

Les médiums sont à l’avenant comme d’habitude sur les DAC Wolfson, les voix sont chaudes et particulièrement bien rendues. Les amateurs de Jazz et Pop seront aisément comblés, très accessible à l’écoute on change de pistes sans avoir l’impression que le AK Jr favorise plus un genre musical qu’un autre. Le AK Jr va plutôt chercher du côté d’un Ibasso DX50 que d’un Ibasso DX90 par exemple.

Les aigus sont moins ciselés que sur le AK100ii et reste le point fort des DAC Cirrus Logic avec un haut du spectre moins en retrait et un 8kHz légèrement renforcé, ce qui donne cette agréable sensation de détails. Le AK Jr n’est néanmoins pas à la rue, loin de la. Le classique et les voix féminine ne lui font pas peur, sur un casque comme le ATH-MSR7 justement. Sensible aux sifflantes (ou sibilance) le problème ne se pose pas avec le AK Jr, bien plus mesuré (ou timide c’est selon ses goûts).

Les basses sont sèches mais plus marquées que sur les AK100 et AK100ii justement, on sent la volonté d’accrocher un nouveau public sans non plus renier les audiophiles de la première heure. Je reste toujours surpris des capacités du WM8740, un papi dans le domaine mais qui semble renaître à chaque nouvelle génération d’appareil nomade.

Le Astell&Kern et sa famille !
Le Astell&Kern et sa famille !

La puissance sonore est bonne mais reste en retrait face à la concurrence, d’autant qu’aucun réglage de gain n’est disponible. La dynamique est très bonne et si vous l’abreuver de pistes de qualité, le AK Jr saura vous le rendre. La différence entre 16bits et 24bits sur un même album originellement en 24bits est facilement audible, même si on ne le dira jamais assez : « Le 24 bits n’est pas une fin en soi ».

Sur des pistes en MP3 ou AAC (du lossy donc) le AK Jr est par contre beaucoup moins permissif que ses concurrents et la séance d’écoute virera vite à la torture avec des albums victimes de compressions abusives ou de la loudness war.

On privilégiera les intras sur le Astell&Kern Jr, même si un casque nomade se drivera aussi. Exit par contre tous les modèles sédentaires, mais en même temps ce n’est pas le but, mes 1964-V6S ont adoré par contre.

astellnkern-jr_audiogarden_1280x768 (7)
L’écran tactile du AK Jr est réactif et offre une ergonomie simple et aisée.

Pour aller plus loin

Le AK Jr peut être utilisé en tant qu’ampli DAC USB sur ordinateur, une option présente sur tous les baladeurs audiophiles désormais (à quelques exceptions près) qui se révèle bien pratique. Une fois branché à l’ordinateur l’appareil propose automatiquement de choisir USB-DAC / MTP / Charge uniquement et surtout il fonctionne automatiquement sur MAC et PC.

Le baladeur est doté d’une puce Bluetooth 4.0 qui gère les codecs APT-X et donc la transmission de flux  » qualité CD » sur les appareils compatibles, pas de 24 bits donc, contrairement à la connexion filaire. Testé avec le B&O H8 l’ensemble fonctionne à merveille et je n’ai a jamais eut de pertes de réseau ni de latence.

Au niveau de l’autonomie le premier firmware faisait état d’une autonomie limitée à 6-8h seulement, mais après la mise à jour nous avons tenu 12-15h en lecture continue de FLAC divers et variés. Un bon score sans non plus être exceptionnel, le AK Jr pourra être utilisé une journée entière sans soucis.

Capable de décoder les fichiers DSD (.dsf .dff) le AK Jr effectue une reconversion PCM des signaux. A l’écoute, peu de différences pour le profane et même les oreilles les plus attentives auront du mal à discerner la différence à la première écoute. Seuls les aigus se retrouvent légèrement tronqués par rapport aux lecteurs en DSD natif (FiiO X5ii pour ne citer que lui), au dela de 5 kHz, le DSD conserve un avantage certains, même si il faudra pour cela un bon casque/intra.

astellnkern-jr_audiogarden_1280x768 (12)
Compatible bluetooth 4.0, le AK Jr utilise les protocoles APT-X et AD2P. Parfait pour le B&O H8 par exemple.

Conclusion

Loin d’être un simple AK100ii au rabais, le Astell&Kern Jr est un vrai baladeur audiophile premium à part entière. Fin, classieux et performant c’est l’alternative évidente aux FiiO X5ii et (feu) Ibasso DX90 avec des options en moins (sortie numérique absente) mais aussi des fonctions en plus (bluetooth, stockage de 64Go inclus).
Au niveau du son, il se glisse sans problème auprès du peleton de tête, sans non plus les dépasser, la faute à un ampli un peu léger. Le DAC Wolfson a encore de beaux jours devant lui et ce n’est pas Astell&Kern qui dira le contraire, éprouvé sur les AK100 et AK120, il est désormais mature sur le AK Jr, l’âge de raison donc.

Disponible sur audiogarden.fr

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.