[Test] FiiO X5 : LE baladeur audiophile ?

Le X5 est le baladeur le plus haut de gamme du constructeur chinois Fiio. Après avoir fait une entrée remarquée avec le X3 présenté sous la barre des 200 euros, il s’attaque à un marché presque sans concurrence : la baladeur audiophile premium. A-t-on là une alternative crédible pour moins de 350€ ? La réponse dans ce test.

Prise en main

Sorte de FiiO X3 survitaminé, le FiiO X5 en impose : que ce soit par ses dimensions la rapprochant du feu iPod classic, en plus épais ou par son poids avoisinant les 200g.
Exit les boutons en diagonale et bonjour la molette circulaire (non cliquable) entourée de 4 boutons physiques. Mystérieusement, aucune indication n’est affichée sur ces boutons, rendant la première approche hasardeuse.

Sur la tranche supérieure on retrouve le trio bien connu des sorties casques/line-out/coaxial-out permettant de raccorder tout ce qui est possible au baladeur. A l’opposé le FiiO X5 propose le classique port micro-USB et une nouveauté intéressante : deux lecteurs de carte micro-SD pour atteindre jusqu’à 256go de stockage interne. Une première dans le genre.

L’écran fait lui aussi un bond en avant. Au format 16/9 il est mieux défini, plus lisible : le résultat du passage TN vers IPS. Petit bémol, à l’aube des écrans borderless le FiiO X5 continue d’afficher d’épaisses bandes noires sur les bords.

FiiO X5 : double lecteur de carte
FiiO X5 : double lecteur de carte

Bundle et accessoires

Comme d’habitude chez FiiO, le X5 est particulièrement bien pourvu. On trouve en vrac :
– le câble USB
– une coque de protection en silicone
– un câble USB OTG pour brancher une clé USB
– un lecteur de carte micro-SD
– un câble coaxial
– deux films de protection d’écran
– l’éternel code de promotion HD Tracks.

Un bundle abouti qui peut même être complété par d’autres accessoires comme le kit HS6 permettant d’attacher un ampli comme le FiiO E12 ou encore les housses personnalisées et aimantées. Pour un prix public de 349€ on est loin de se sentir volé.

Caractéristiques du FiiO X5 : le top du top !

Véritable refonte, le FiiO X5 n’a plus grand chose à voir avec son petit frère le X3. Processeur dual-core Ingenics, DAC Texas Instruments et bi-amplification TI. Pour les amateurs de références, il s’agit donc d’un CPU: JZ4760, d’un DAC:PCM1792, et d’un AMP:LMH6643x2, ce qui change pas mal la donne comme on le verra plus tard.

Tous les formats audio sont supportés : DSD / APE / FLAC / ALAC / WAV / WMA / AAC / OGG / MP3. Le X5 est compatible avec les flux 24 bits / 192 kHz, et dorénavant il autorise même la lecture de fichiers 64bits et le décodage de fichiers en virgule flottante (en l’occurrence du DSD24).

Annoncé pour 15h d’autonomie, le FiiO X5 s’est vu doté d’une batterie de 3700 mAh, une batterie gigantesque ! Pour comparaison le Samsung Galaxy Note 3 est doté d’une batterie de 3200 mAh, déjà énorme pour un appareil mobile, ce qui n’est pas un mal au vu du circuit interne.
Voici un schéma du fameux circuit.

Circuit interne du FiiO X5 VS FiiO X3
Circuit interne du FiiO X5 VS FiiO X3

On constate d’ailleurs que le FiiO X5 utilise principalement des composants « discrets », comprenez par la que chaque composant est dédié à une tâche unique à l’inverse d’un circuit intégré où tout est intégré dans une même puce. Pour une approche plus complète, vous pouvez vous rendre sur le site de Burson, un des principaux défenseurs du composant discret. http://www.bursonaudio.com/about-us/no-to-ic-opamps/

Pour finir sur les caractéristiques, le X5 utilise un système quad-balanced avec 4 OPA1612 en push-pull et 2 LMH6643 en amplification interne. Le DAC utilisé est le PCM1792A et l& THD est annoncé comme inférieure à 0.000015%.

A l’usage : un baladeur complet

Comme sur un iPod Classic, on navigue essentiellement avec la molette circulaire. Le crantage est un peu trop léger, occasionnant souvent des dérapages, mais à l’usage on s’habitue très vite. Positionnés en croix autour de cette roue, les boutons permettent d’accéder aux options, de revenir en arrière dans les menus et de passer à la chanson suivante/revenir à la chanson précédente. En lecture, la rotation de la molette permet de changer de piste sans avoir à remonter dans l’arborescence. De même, le bouton option (en haut à gauche) permet de choisir le mode de lecture (repeat/aléatoire), de passer la piste en favori et d’autres petites options. On aurait aimé avoir un sélecteur de gain dans ce même menu, peut-être dans la prochaine mise à jour du firmware.

Le FiiO X5 ne dispose pas de mémoire interne, mais il peut gérer deux cartes micro-SD en plus d’un support de stockage. Une fois la carte insérée le X5 lance alors le scan des fichiers, il sera nécessaire de passer « la mise à jour de la librairie » en « auto » dans les réglages par contre. On peut naviguer soit par Tags soit directement par dossiers, la première solution permet de fusionner le catalogue des deux cartes tandis que par dossier il faudra choisir la carte à chaque fois. Le scan des fichiers est beaucoup plus rapide qu’auparavant, peu importe le format et le conteneur.

Le FiiO X3 et le FiiO X5
Le FiiO X3 et le FiiO X5

La navigation, une fois la logique des boutons comprise, est au final très simple et on se surprend vite à apprécier cette roue codeuse. L’égaliseur du FiiO X5, plus complet que sur le X3, gère 10 bandes de fréquences. Les presets intégrés sont assez juste mais c’est bien sur le réglage personnalisé qui nous intéressera le plus. De 31 Hz à 16 kHz, la plage de fréquence est large et les changements sont bien audibles. Avec un Audeze LCD-3, particulièrement neutre, c’est assez surprenant d’ailleurs : quelques dB en plus dans les bas-médiums lui donnent déjà plus de vie.

Au final c’est une bonne surprise, l’appareil se laisse apprivoiser facilement et l’ergonomie générale du X5 sans être parfaite est agréable et fonctionnelle.

Et le son ?

On arrive au plat principal, les performances sonores. Porte étendard de la marque et porteur de nombreux espoirs, nul doute qu’il était particulièrement attendu au tournant.
En passant d’un DAC Wolfson à un Texas Instrument, FiiO avait surpris le petit monde audiophile. Si Sabre et Wolfson se sont fait un nom dans les convertisseurs audio, Texas Instrument est toujours passé pour le parent pauvre, le PCM1792 est donc un choix étonnant.

Une fois le casque branché, une chose est sûre, ça envoie sec. Le casque utilisé pour ce test a beau être un Audeze LCD-3, les niveaux sonores atteints sont vraiment élevés. Par rapport au X3 plutôt chaud avec une emphase dans les médiums, le FiiO X5 est plus neutre, plus détaillé et semble plus robuste. Les pas de volumes sont cohérents et on évite l’écueil de certains baladeurs ou le gap entre deux positions est soit trop léger soit démesuré.

Le DAC du X5 se révèle très performant, plus détaillé que le précédent Wolfson. Il reste moins neutre et détaillé qu’un Sabre, sans toutefois démérité. La distorsion est quasiment inexistante et aucun souffle, même avec des écouteurs très sensibles, n’est audible. Un autre bon point, la différence entre deux pistes en 16 bits et 24 bits est clairement perçue. La lecture des fichiers DSD se fait aisément mais à l’écoute, pas de grosses différence avec un « simple » fichier en 24 bits / 192 kHz.

Le passage entre les modes High et Low gain se fait via le menu « réglages du lecteur » et est utile avec des casques très énergivores. Avec des intras et un casque nomade standard, le mode low gain suffira amplement. Testé avec un Philips Fidelio L2 et des 1964-V6S c’est impressionnant, la scène sonore est large, bien définie, sans graves ou aigus gonflés. Le son est naturel et on évite un travers des DAC Sabre, un son froid avec uniquement du détail qui s’avère fatiguant sur le long terme.

A la question, est-ce que le FiiO X5 fait mieux que le X3 ? La réponse est claire : oui. Il constitue une véritable montée en gamme et après quelques heures on ne peut qu’apprécier le travail qu’à fait FiiO sur ce baladeur. L’étage d’amplification fait un travail somptueux et parvient à rendre justice aux meilleurs casques.

Exit le vieil écran TN, voici le IPS
Exit le vieil écran TN, voici le IPS

Pour aller plus loin

Le X5 comme tous les baladeurs audiophiles actuels propose une sortie coaxiale et une sortie ligne. Elles permettent respectivement de brancher un DAC externe ou un ampli nomade.
FiiO vend même un kit qui permet d’attacher un ampli nomade avec son X5, bonne initiative. Le line-out est standard, avec une tension de sortie normalisée à 1.5 Vrms permettant de brancher à peu près n’importe quel ampli nomade. Avec le FiiO E12, le gain de puissance est intéressant sans non plus être renversant alors qu’avec le Alo Audio RX-MK3 par contre c’est déjà beaucoup mieux.

La prise coaxiale permet d’utiliser un DAC externe, pour ce cas précis nous avons utilisé un DAC Luxman DA-100 équipé d’une entrée coaxiale. Pratique pour pouvoir utiliser sa musicothèque dans une installation sédentaire, le X5 devient une simple source THD (très haute définition) et permet de s’affranchir d’une installation longue et complexe.

Last but not least, il est possible d’utiliser le FiiO X5 comme DAC/Ampli USB sur PC. L’installation est simple, le pilote étant fourni avec le X5, il suffit de basculer du mode stockage au mode DAC dans le menu. Pas de surprise sur le son, c’est aussi bon qu’en nomade, mais pouvoir l’utiliser en ampli/DAC évite de devoir se reéquiper et permet de n’avoir à emporter qu’un seul appareil à chaque fois. Avec un abonnement Deezer et/ou Qobuz c’est simplement royal. Un vrai couteau suisse.

Le circuit interne du FiiO X5
Le circuit interne du FiiO X5

Pour conclure

Malgré une première impression mitigée, le FiiO X5 est une agréable surprise. Bien fini, simple à utiliser et surtout très performant, c’est une très bonne surprise. Et si tout n’est pas parfait – on pense notamment à la roue codeuse toujours trop lâche ou l’absence d’indications sur les boutons – ça reste un excellent baladeur qui se retrouve quasiment seul dans cette gamme de prix. Double slot micro-SD, performances sonores, autonomie et support des fichiers très haute définition, nul doute que c’est nouvelle prouesse de FiiO.

En bref : un baladeur audiophile performant capable de gérer 256 Go de musique très haute définition. Une prise en main agréable malgré une première approche étrange. Pas de concurrence pour 349€.

A propos de FiiO

Fondée en 2007, FiiO est vite devenu un acteur incontournable de la nouvelle génération audiophile. Avec une gamme complète d’amplis, DAC et désormais de baladeurs ils ont réussi à donner un second souffle au « made in china ».

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Un commentaire

Laisser un commentaire