blog-post-img-1521

[Test] FiiO E10k : le retour du meilleur ampli/Dac !

Le FiiO E10k est arrivé ! Toujours aussi compact, toujours aussi sobre cet ampli-dac reprend le flambeau du FiiO E10 Olympus, l’ancienne référence encensée par les testeurs et adorée par les audiophiles. Mais que vaut vraiment ce nouvel Olympus ? La réponse dans ce test.

Prise en main

Le FiiO E10k ne diffère que très peu du FiiO E10 première génération en terme de design général. Le format est toujours le même avec des dimensions contenues et un poids plume. Tout d’alu vêtu il est suffisamment solide pour être emporté partout sans craindre les chocs, il accompagne sans soucis un casque au fond du sac sur le trajet domicile-bureau.

Les changements sont légers et constituent une simple mise à jour ergonomique. En façade le switch de bass-boos pivote à 90° et quitte la position verticale pour une position horizontale entre le jack et le potentiomètre, plus petit il est aussi plus simple à actionner.
A l’arrière la prise mini-USB laisse sa place au micro-USB, devenu un standard, et on observe l’apparition d’un switch pour le gain (originellement présent sous l’appareil).

Et c’est à peu prés tout pour les changements visuels !

Concernant la prise en main, c’est on ne peut plus simple :

– on branche en USB à son ordinateur (mac ou pc)
– on connecte son casque / son ampli / son dac
– fin

Le DAC est automatiquement reconnu sans pilotes supplémentaires, tout juste faudra-t-il configurer l’ordinateur pour que le signal sorte en 96khz-24bits.

Le FiiO E10 vu de face.

Le FiiO E10 vu de face.

Bundle et accessoires

Le bundle est très chiche, mais en même temps on n’en attends pas beaucoup. On trouve :

– le FiiO E10K Olympus
– un câble USB -> micro-USB
– des patins en silicone

L’essentiel pour brancher son E10K à son ordinateur.

Caractéristiques du FiiO E10k

On l’a vu le FiiO E10k ne diffère que très peu du FiiO E10 visuellement, mais tous les changements sont internes. A commencer par le DAC, le bon vieux Wolfson WM8740 laisse la place au Texas Instrument PCM5102. A la clé, moins de bruit résiduel, un filtrage digital plus linéaire et pas de changement de phase. Tout un programme !

L’ancienne puce d’amplification Analog Device a été remplacée par du Texas Instruments, la « petite » LMH6643. Le buffer plus performant a permis d’augmenter la puissance de sortie sans consommer plus d’energie, il suffit toujours d’un simple câble usb pour l’alimenter.
Le filtre passe-bas garantit un bruit de fond totalement absent à tous volume.

Dimensions et poids

Les dimensions sont peu ou prou les mêmes que l’ancien modèle :

– 79mm x 49.1mm x 21 mm (L*l*h)
– 78 g

On retrouve avec plaisir le line-out et la sortie coaxiale qui permet au E10K de sortir un signal digital en sortie de l’ordinateur, parfait pour les amateur de reclock et jitter.

Spécifications

En vrac pour les caractéristiques complètes :

– THD : < 0.006% @ 1kHz – Crosstalk : > 70 db @ 1khz
– Impédance de sortie : < 1.04 ohms – SNR : > 105 dB
– Puissance de sortie : 200mW @ 32 ohms
– Voltage de sorte maximum : 7.39V

A l’usage : du plug & play

Une fois branché le FiiO E10k est directement reconnu comme une carte son externe. Le contrôle du volume se fait par un potentiomètre Alps, une référence désormais, très agréable il a surtout l’avantage d’être très précis. La montée en volume est progressive et il n’y a pas de creux entre les positions comme sur certains amplis.

Le bass-boost est moins rigide qu’auparavant et le réglage du gain plus accessible avec sa position à l’arrière de l’appareil.

Et le son ?

Line out et coaxial out sur le FiiO E10k.

Line out et coaxial out sur le FiiO E10k.

On arrive au sujet principale de ce test, les modifications apportées par FiiO ont-elle portées fruit ? Le FiiO E10K est-il meilleur que son prédécesseur ?

La réponse… est… oui !

La principale différence se fait au niveau des aigus, plus présents ils sont aussi mieux maîtrisés que sur le FiiO E10 de première génération. Si le DAC Wolfson faisait la part belle au médium, comme sur le Ibasso DX50, le nouveau DAC Texas instrument se révèle plus neutre dans son rendu.

De même, le léger souffle à bas volume a totalement disparu et à réglage équivalent le nouveau E10K semble jouer moins fort que son prédécesseur. Avec mes 1964-V6S le son est plus précis plus délicat et surtout plus large. Si sur le Olympus première génération la scène sonore était large sans être vraiment précise, le nouveau E10K corrige le tir avec son nouvel ampli LMH6643.

Différence de réponse en fréquence avec et sans bass-boost.

Différence de réponse en fréquence avec et sans bass-boost.

La dynamique s’est améliorée, en comparant les deux en écoute directe le E10 semble plus étouffé avec des écarts moins gênants et un gain qualitatif notable. Le bass boost est toujours aussi efficace même si il est moins prononcé sur le E10k certains apprécieront, d’autres non mais dans tous les cas le grave est beaucoup plus tendu.

Pour les casques à haute impédance et/ou faible sensibilité il est préférable de passer en high-gain. Le FiiO E10K alimente très bien les casques Audeze mais on sent qu’il n’est pas fait pour ça, à haut volume il manque encore de définition, mais à ce tarif dur de se plaindre.
Avec des intras, rien à dire, le son est propre, détaillé et si à bas volume on entend encore une légère différence de volume entre les deux canaux, problème qui disparait dés que l’on dépasse 2.5 sur le potentiomètre.

Le FiiO E10k est une très belle correction du E10, le gain qualitatif sans augmentation tarifaire est une expérience que l’on aimerait voir plus souvent.

Le bass boost a basculé en position horizontale.

Le bass boost a basculé en position horizontale.

Pour aller plus loin

Le FiiO E10 était déjà nommé le « couteau-suisse » des amplis-dac, et bonne nouvelle, le FiiO E10K est identique. Avec le Line-out il est possible de brancher un ampli dédié sur le Olympus, que ce soit un ampli casque ou même un ampli stéréo. Cet usage en DAC « pur » permet de profiter des qualités de la puce de conversion en déportant l’amplification à un appareil plus puissant ou tout simplement déjà présent.

Le must est aussi la possibilité de se servir du FiiO E10k pour sortir le signal en coaxial, c’est d’ailleurs l’un des seuls ampli/dac USB à proposer cette option et le seul à ce tarif. Un usage assez unique mais qui rend le E10k vite indispensable pour les propriétaires d’un DAC de salon performant mais n’acceptant que le coaxial ou l’optique en entrée.
Le convertisseur Tenor est inchangé mais est toujours aussi performant quoiqu’un peu daté désormais.

Pour conclure

Le FiiO E10K est tout simplement la définition du terme « bang for a buck », pour les non anglophone : c’est, à ce tarif, le meilleur ampli/Dac du marché. Il se permet même de faire jeu égal avec des amplis/dac 3 fois plus cher tout en étant plus compact. Si il ne fallait qu’une carte son pour tous les jours, ce serait celle-ci.

En bref : que vous ayez déjà un ampli/DAC ou que vous cherchiez un premier appareil pour écouter de la musique sur votre ordinateur le FiiO E10k se révélera vite indispensable.

A propos de FiiO

Fondée en 2007, FiiO est vite devenu un acteur incontournable de la nouvelle génération audiophile. Avec une gamme complète d’amplis, DAC et désormais de baladeurs ils ont réussi à donner un second souffle au « made in china ».

Disponible sur www.audiogarden.fr

Haja Randrianarison 30 posts

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Un commentaire

  • Bonjour,
    je viens de lire votre test du Fio qui m'intéresserait beaucoup pour le connecter à mon iphone (voire à mon Cowon X7). D'après vous est-ce possible?
    Merci de votre réponse

Leave a Reply