[News]Nouveautés 2018 : Sennheiser, Chord, FiiO, iBasso

En ce moment c’est le CES à Las Vegas, LE salon des nouveautés high-tech avec des hélicoptères, des robots et des écrans de folie. Mais nous, ce qui nous intéresse vraiment ? Les nouveautés audio et Hi-Fi ! Bonne nouvelle, il y a de jolies nouveautés, découvrons les ensemble.

Au menu:

  • Sennheiser et son nouveau casque HD820
  • Chord et son nouveau DAC le Qutest
  • FiiO et l’intra FH1
  • iBasso et son intra monodriver le IT01

Rendez vous page suivante pour découvrir tout cela.

[nextpage title= »Sennheiser »]

Sennheiser HD820

Le Sennheiser HD800, et sa version « remastérisé » le HD800S, sont les meilleurs casques du constructeur allemand – si on omet le Orpheus, hors catégorie – et font encore aujourd’hui parti des meilleurs casques à driver dynamique du marché.

Et si le débat HD800 VS HD800S fait encore rage (Comparaison des taux de distorsion respectifs sur Head-Fi ) quelque soit le modèle choisi, il saura offrir à l’auditeur un rendu sonore aussi spectaculaire que cohérent. Champion de la scène sonore on vous dit !

Seulement voila, le Sennheiser HD800 reste un casque ouvert, avec les avantages mais aussi les défauts inhérents du concept : vous entendez tous les sons extérieurs et tout le monde sait que vous écoutez du Patrick Sébastien sur votre casque Hifi.

Fort de ce constat, voici le nouveau Sennheiser HD820.
Le premier casque Hi-Fi haut de gamme de la marque, fermé (et non je ne compte pas le 630VB, surtout pas ! ).

Le nouveau Sennheiser HD820 est le premier casque fermé sédentaire de la marque.

Niveau design, pas de surprise : le HD820 conserve exactement le même style que le HD800S. Arceau en acier et plastique noir mat, charnière noire et oreillettes du même coloris.

Par contre, une plaque de verre circulaire couvre désormais le driver. Taillé dans du verre Gorilla (le même que pour les smartphones) il est sensé être resistant au rayures, résolument solide et surtout capable de limiter au maximum les perturbations extérieures.

Du plus bel effet, ce nouveau design reste dans la continuité du précédent modèle mais la touche de verre donne une petite touche moderne à l’ensemble. Personnellement, je trouve cela très réussi. Les nouveaux coussinets en microfibre ne sont pas perforés comme chez Focal, sans doute une question d’isolation.

Au niveau du son, comme chacun le sait, un casque fermé est beaucoup plus dur à gérer. Notamment car les échos et les résonances doivent être parfaitement maitrisés, afin de ne pas noyer le transducteur dans son jus.
Plus le driver est large et plus l’opération est complexe, le volume d’air déplacé étant proportionnel. Autant vous dire qu’avec ses drivers de 56mm et sa surface effective de plus de 70mm, le HD820 a fort à faire.

Bonne nouvelle, les ingénieurs allemand semblent avoir trouvé la parade. Le verre est concave et « guide » naturellement les échos vers l’arrière du transducteur où se situent des absorbeurs. Sur la papier, le Sennheiser HD820 fait donc jeu égal avec ces prédecesseurs, tout en restant un casque fermé.

La vitre en verre rend magnifiquement bien sur le nouveau HD820.

Pour accompagner tout cela, le casque est fourni avec 3 câbles (un câble de plus par génération) :
un câble jack au format 6.35mm stéréo pour la sortie unbalanced classique,
un câble Jack de 4.4mm Pentaconn, pour la sortie balanced sur baladeur audiophile ou DAC nomade,
un câble XLR-4 Pins pour la sortie balanced sur un système de salon comme le Cayin iHA-6 ou le nouveau Sennheiser HD820 justement.

Niveau prix, il semblerait que le verre soit devenu un véritable matériaux noble, le casque étant annoncé pour 2399€ TTC chez nous. Une augmentation de prix substantielle par rapport au HD800S et encore plus par rapport au HD800.

Cependant, les alternatives ne courent pas les rues en casque hifi fermé haut de gamme. Nul doute qu’avec son HD820, Sennheiser réussira à se tailler la part du lion dans le coeur des audiophiles.

Sennheiser HDV820

Si nous avions eut la chance de découvrir un Sennheiser HDVD800 Noir lors de la présentation du Sennheiser Orpheus à Berlin en 2015, il aura fallu attendre encore deux ans pour que le concept devienne réalité avec le Sennheiser HDV820.

L’ancien Sennheiser HDVD800 reste une valeur sure.

Conçu pour offrir une source DAC/Ampli solide pour le nouveau Sennheiser HD820, le HDV820 (et non pas HDVD820, c’est trompeur) ne semble pas bien différent du HDVD800 qu’il remplace, du moins au premier regard.

L’oeil avisé constatera d’emblée que la première différence est la disparition d’un des ports XLR 4-pins pour un XLR 3 pin Combo. Les deux prises jack deviennent des prises 4.4mm balanced et non plus 3.5mm. Comme sur le précédent modèle, il sera possible d’utiliser conjointement les 4 sorties en même temps.

La robe noire anodisée est du plus bel effet et le remplacement des diodes bleues par des blanches, offre un contraste des plus agréable à l’oeil. Le potentiomètre de volume est identique au précédent modèle et le choix des entrées n’a lui aussi pas subit de changements particulier.

Le combo Sennheiser ultime : Sennheiser HD820 + HDV820

Véritable DAC de salon, le HDV820 offre une pléthore d’entrées numériques et même analogiques :

entrée USB pour le relier à un ordinateur (compatibilité DSD)
entrées Toslink et Coaxial pour les flux PCM entrants
entrées RCA pour relier un DAC externe unbalanced
entrées XLR 3-pin pour relier un DAC externe balanced

sorties XLR 3-pin pour relier des enceintes actives (ou un ampli de puissance) balanced
sorties Jack 4.4mm pour relier deux casques en balanced
sortie XLR 4-Pin pour relier un casque en balanced
– sortie XLR 3-Pin/Jack 6.35mm Combo pour relier un casque en unbalanced

La nouvelle robe noire du Sennheiser HDV820 est sublime.

Au niveau des composants, le Sennheiser HDV820 utilise un DAC Sabre ESS capable de prendre en charge tous les flux PCM et DSD jusqu’au 32bits. Le système d’amplification maison conserve un système hybride avec des op-amp très haut de gamme.

Comme sur le HDVD800, la signature est très droite, avec en ligne de mire les ingénieurs sons et les audiophiles à la recherche de la transparence absolue pour leur nouveau HD800S ou HD820.

Niveau prix ? Comptez 2399€ pour compléter votre casque, mais à ce prix, vous aurez l’un des DAC/Ampli les plus complets du marché.

[nextpage title= »Chord »]

Chord Qutest

Chez Chord Electronics Ltd. on aime bien les noms… étrange. Si tout le monde maintenant connait le Chord Mojo, véritable référence parmis les DAC/Ampli nomades, vous êtes beaucoup moins à connaître la gamme sédentaire de la marque.

Le Chord Poly est compatible, Wifi, bluetooth et micro-SD.

Et pour cause, à part les possesseurs de matériel High-End, peu de monde s’aventure au dela du Chord Hugo. Pour rappel, la gamme Chord s’articule ainsi :

Mobile. Cette catégorie comprends uniquement le Mojo et le Poly, dédiés à un usage nomade.
Hugo. On passe sur du matériel transportable, voir sédentaire léger. On y retrouve les Chord Hugo 2, Hugo TT, TTOBY ou encore le tout nouveau Qutest (DAC).
Chordette. Une catégorie à part car ne comptant qu’un seul élément : le 2Qute.
Choral. On entre doucement dans les systèmes High-End avec des systèmes résolument haut de gamme tels que le DAVE, un DAC/Pré-ampli au design… unique.
Chord. Ok, ici on montre patte blanche, la section Chord ne proposant que des éléments séparés aux tarifs… élevés. Un Chord SMP1200 MKii vous coutera pas moins de 11 595€ à titre d’exemple.
Référence. Bienvenue dans le merveilleux monde du High-End avec la série Référence de Chord. Un monde d’amplis mono bloc de 1000W ou de lecteurs CD plus gros qu’une tour de PC. Un ensemble lecteur CD/DAC/Ampli ne vous coutera pas moins de 100 000€, en moyenne.

Le Chord Qutest est quand même plus « sexy » que son prédécesseur.

Mais, le modèle qui nous intéresse aujourd’hui, c’est bien le nouveau Chord Qutest. Le remplaçant du Chordette 2Qute en tant que DAC de salon transportable, une catégorie un peu à part il faut le reconnaitre.

Niveau design, on reste dans la plus pure veine Chord Electronic avec un bloc en aluminium usiné et le nom du modèle directement gravé dans la matière. Au centre on trouve un dôme de verre laissant entrevoir le PCB interne et la puce FPGA, véritable centre de contrôle chez Chord.

En façade, deux petits interrupteurs, illuminés et cliquables sont disponibles. Directement importés des Chord Mojo et Hugo, ces petites boules changent de couleur en fonction du flux et de l’entrée utilisée.

Les entrées justement, en tant que DAC, le Chord Qutest intègre uniquement des entrées numériques :
– 2 prises BNC compatibles avec les flux 32bits / 384khz
– 1 prise USB, compatible 32bits / 768khz
– 1 entrée optique Toslink limité au 24bits / 192khz
Pour les sorties, seules deux prises RCA sont disponibles, pas de sortie XLR Balanced.

Le Chord Qutest est équipé de plusieurs entrées numériques mais seulement une sortie analogique.

Que serait un produit Chord sans une puce Spartan. Encore une fois, Chord exploite un processeur Xilinx Artix 7 FPGA, processeur que le marque continue de pousser au dela de ses limites à chaque nouvelle version d’un produit. Si vous voulez plus d’explication sur cette techno, rendez vous sur notre test du Chord Mojo.

Plus lourd que son prédécesseur, le Chord Qutest accuse 770g sur la balance désormais, de quoi éviter de le voir valdinguer à chaque fois qu’on lui relie un câble RCA un peu rigide. Cela doit aussi permettre de limiter les vibrations parasites, même si pour le coup, c’est un moindre mal.

Capable de gérer les flux PCM et DSD jusq’au 32 bits / 768kHz, ce DAC se veut « le plus avancé de la planète » dixit Chord.

Le petit plus ? La possibilité de choisir la tension de sortie pour plus de flexibilité sur l’amplificateur final. Vous pourrez choisir 1, 2, 3 Vrms afin d’offrir à votre ampli la tension la plus adaptée.

Niveau prix, comptez sur un solide 1695€ pour un DAC 100% Made in England. Cher, mais juste ? Nous le saurons dés que l’on aura posé une oreille dessus.

[nextpage title= »FiiO »]

FiiO BTR1

Qui se rappelle du FiiO E02i Rocky ?
Mais si ! Le petit ampli microphone parfaitement usiné à relier à son smartphone pour avoir plus de peps en écoute musicale ET prendre les appels. Sorti il y a plusieurs années maintenant, il s’agissait d’un des modèles les plus esthétique de la marque, bien que sa durée du vie fut éphémère, la faute à un marché encore (trop) limité.

Le petit FiiO E02i rendait de fier service sur un iPhone.

Mais voila, de l’eau a coulé sous les ponts et FiiO reviens à la charge avec le BTR1. Le concept est identique : proposer un DAC/Ampli bluetooth aptX, compact, à relier à son smartphone pour profiter de la pâte FiiO sans avoir à relier un DAC USB.

Alors certes, il ne parviendra pas à rivaliser avec un DAC USB comme le FiiO Q1 Mark II justement, mais au quotidien, ce que vous perdez en finesse, vous le gagnez en confort. 20g, c’est tout ce que pèse le FiiO BTR1 et du haut de ses 50mm, il sera très simple à clipser sur votre veste.
Grâce au micro intégré, il est possible de répondre aux appels directement, plus besoin de débrancher tout son système à chaque fois qu’on interrompt votre musique. Et puis il faut bien l’admettre, au quotidien, le sans-fil, c’est quand même bien pratique.

Le FiiO BTR1 est un DAC bluetooth compatible iOS et Android.

Compatible iOS et Android, le BTR1 supporte le protocole apt-X, SBC mais FiiO ne précise pas quel protocole Bluetooth est utilisé. On suppose qu’il s’agit du Bluetooth 4.0, l’affichage de l’autonomie étant rendue possible sur iPhone désormais.

Le DAC utilisé est un AKM AK4376, offrant des performances supérieures aux classiques puces intégrées des chipset bluetooth. Sans être non plus une bête de course, on l’a déjà vu à l’oeuvre dans des casques bluetooth, pour un résultat efficace.

FiiO assure que le BTR1 offrira une connexion solide, sans déconnexion intempestive. De plus, le BTR1 peut être relié à deux appareils en même temps pour plus de polyvalence. L’autonomie annoncée est de 8h pour 2h de charge, pas de quickcharge disponible.

Le prix ? 55€ dans toutes les bonnes crèmeries (audiophiles).

FiiO FH1

Et hop, un nouvel intra FiiO, le FH1. La marque continue sur sa lancée et dévoile un nouvel intra hybride qui complète sa gamme d’IEM. Situé en dessous du FiiO F9, lui même décliné en version Pro et SE, il ne propose plus 3 drivers mais 2 seulement.

Le FiiO FH1 se cale juste entre les FiiO F9 et FiiO F5.

Nommé « Un Bel Oeil », ce qui reste relativement approximatif mais soit, cet intra conserve le form-factor du FiiO F9 mais remplace la coque en aluminium usiné par du plastique plus lisse. Vous aurez le choix entre 4 couleurs : noir, bleu, vert et rouge. Largement de quoi satisfaire le plus grand nombre, d’autant plus que les couleurs semblent particulièrement acidulées.

Bonne nouvelle, le FiiO FH1 est toujours fourni avec deux câbles au format MMCX.

Un câble torsadé en cuivre plaqué argent au format avec une terminaison en jack 2.5mm TRRS pour le relier à une source symétrique/balanced.
Le deuxième câble est plus classique, cuivre OFC standard, non torsadé, avec une terminaison en jack 3.5mm TRS pour les sources plus classiques.

La nouveauté, c’est aussi le passage de 3 à 2 drivers seulement. Un driver dynamique de 10mm, 25% plus grand que celui du FiiO F9, qui gère les basses fréquence et un driver à armature Knowles 33518 qui gère les médiums et les aigus. La petite subtilité ? Les ingénieurs de FiiO ont inséré ce driver directement dans la canule et non pas dans la caisse de résonance.

Niveau design, le FiiO FH1 se situe entre le F9 et le F5 justement.

Certifié Hi-Res Audio, cet intra se cale donc entre le FiiO F5 et le FiiO F9. Une alternative intéressante pour ceux qui cherchent un intra hybride sans vouloir dépasser la barre psychologique des 100€.

Prix ? 85€ quelque soit la couleur. Ce qui est plus qu’abordable au demeurant.

[nextpage title= »iBasso »]

iBasso IT01

Si iBasso est connu essentiellement pour ses (excellents) baladeurs audiophiles ou autres DAC/Ampli nomades, ils se sont récemment mis aux intras-auriculaires avec le IT03.
Un intra hybride doté de deux drivers à armatures, un driver dynamique et d’une coque semi sur-mesure. Comprenez par la que même si la canule est au format habituel, la coque est sensée s’adapter à l’oreille en se bloquant dans la conque par exemple.

Vue éclatée du iBasso IT01

Devant la réussite que fut leur premier intra, entièrement conçu en interne, la marque continue sur sa lancée avec un nouvel intra : le iBasso IT01.

Première surprise, l’intra est désormais doté d’un unique driver dynamique. Driver encore une fois, conçu et produit en interne, ce qui est surprenant vu la quantité de bons drivers disponibles sur le marché.
Cependant, il semblerait que iBasso se soit donné les moyens de ses ambitions avec un driver très moderne et s’inspirant des travaux réalisés par Beyer sur les bobines Tesla et leurs intras.

Le diaphragme est en graphène, un forme différente de carbone, réputé pour sa solidité et sa rigidité extrême. Plus léger encore que le titane ou solide que l’acier, ses caractéristiques devraient assurer un taux de distorsion encore plus bas que d’accoutumée pour son IT01. Autre facteur intéressant, il n’est pas nécessaire de modifier le driver pour obtenir un damping factor élevé, à la clé ? Une meilleure restitution des micro détails grâce à une membrane plus réactive.

Petite subtilité nerdy, le driver du iBasso IT01 utilise un double résonateur de Helmholtz pour des graves puissants. Dans le jargon, on appelle cela un système bass-reflex, mais c’est moins classe. L’avantage est que cela diminue l’amplitude nécessaire du driver pour reproduire le grave, diminuant ainsi la sensation de flottement qui peut parfois être ressentie avec un driver dynamique.

Nouveau format pour le iBasso IT01

La coque en acrylique gagne en compacité et semble plus simple à porter que le précédent modèle. On verra si cela se confirme en terme de confort, les dimensions ayant presque été divisées par 2.
Le IT01 conserve par ailleurs sa prise MMCX mais gagne une canule en métal et non plus en acrylique. Les embouts Comply restent compatible tout comme ceux en silicone.

Le câble fourni est un multi-brins (4) cuivre OFC torsadé et finalement assez classieux dans son ensemble. Le splitter en aluminium est un peu épais mais ça respire la qualité, ce qui est une bonne chose.

La bonne surprise ? Un prix doux de 109€, de quoi se mettre pile en face des FiiO F9 (et au dessus du FH1)

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire