Test : 1964-V6S by 1964ears, élève modèle !

Premier test d’intra sur mesure sur le blog Audio Garden avec les 1964-V6S de 1964ears. Des CIEM haut de gamme 6 drivers proposés au prix des 3 drivers chez de nombreuses marques. Est-ce le meilleur intra de sa catégorie ou encore un énième CIEM multi drivers ?

La réponse dans ce test.

Les CIEM ou intras moulés

Les 1964-V6S sont des intras sur mesure ou CIEM, c’est à dire qu’ils sont moulés à la forme de l’oreille de son possesseur. A la clé un « fit » parfait et donc un confort exceptionnel car en parfaite adéquation avec l’oreille de son possesseur.

Le processus de commande pour un intra sur mesure diffère en effet des intras « universels », si avec ces derniers il suffit de les acheter pour en profiter dans l’immédiat, les CIEM comme les 1964-V6S nécessitent souvent de patienter plusieurs semaines voir plusieurs mois. Assemblés à la main et en petite série, il s’agit de pièces d’orfèvres tels des bijoux précieux.

Pour continuer sur l’analogie, il faut rappeler que les intras sur mesure sont entièrement personnalisables. Couleur, logo, design, il est possible de s’autoriser un bon nombre de folies : couleur différentes par oreilles, inscription sur la faceplate représentant la Tour Eiffel ou Che Guevara, vous trouverez plus bas une sélection de design.
Concernant le confort, si la prise d’empreinte a été bien faite et si il n’y a pas eut de soucis durant la production, les oreillettes seront virtuellement une extension de votre oreille.

Les 1964-V6S sont entièrement personnalisables.
Les 1964-V6S sont entièrement personnalisables.

Bundle et accessoires

1964ears fournit un bundle plutôt léger avec ses intras, sans être indigent il contient le strict minimum. L’avantage des CIEM étant qu’il n’est pas nécessaire de proposer des embouts, la canule étant sur mesure.

Le bundle est ainsi fait :

Boite de transport Otterbox avec plaque gravée, cette boîte étanche et anti-choc garantit une protection maximale
– le câble torsadé en socket westone (48″ ou 64″ en fonctions de votre choix)
adaptateur jack 3.5mm vers 6.35mm
attache cravate + outil de nettoyage

La boite est désormais plus fine que la première boite pelican, mais les deux conservent leur principale qualité : robustesse et étanchéité.

Caractéristiques du 1964-V6S

Depuis quelques années on assiste à une véritable course aux drivers chez les constructeurs. Si dans le grand public les transducteurs dynamiques ont encore de larges part de marché, dans le monde des intras sur-mesure et/ou haut de gamme, les transducteurs à armatures symmétriques reprennent le devant.

Issus des aides auditives, ces transducteurs sont plus précis une fois calibrés mais nécessitent un plus gros travail en amont. Capables de délivrer une puissance phénoménale de par leur conception, on associe en général plusieurs transducteurs avec une plage de fréquence bien définie pour chacun d’entre eux. Le but étant de diviser la réponse en fréquence générale sur tous ces petits éléments, on parle de voies. Généralement 2 voies, 3 voies ou plus selon l’envie des marques).

Les 1964-V6S sont des intras dotés de 6 drivers en 3 voies, 2 transducteurs sont dédiés aux graves, 2 pour les médiums et enfin 2 pour les aigus. Un architecture très équilibrée donc qui devrait assurer une réponse en fréquence linéaire, aucune plage n’étant favorisée plus que de raison.

Il est possible d’ajouter plusieurs options telles que « l’ambient port » ou le « recessed socket ». L’ambient port est un petit évent permettant de conserver un contact avec l’environnement extérieur, il est possible d’utiliser des filtres d’atténuation plus ou moins élevée afin de continuer à écouter sa musique tout en ayant conscience du monde extérieur. Cette option réduit la présence des graves en contre partie.

Le recessed socket est une option consistant à enfoncer les broches du câble plus profondément dans l’intra auriculaire afin d’améliorer la durabilité du produit. Cette option est plus que conseillée car elle garantit une excellente resistance du produits au fil des années.

Le modèle qui a servi pour test ne disposait pas de l’option ambient port contrairement au recessed socket, validé à la commande.

1964-V6S + Astell&Kern JR
1964-V6S + Astell&Kern JR : une configuration nomade particulièrement légère !

A l’usage

Porter des intras sur mesure est un vrai bonheur pour celui ou celle qui ne jure que par les intras auriculaires. L’insertion est immédiate, se fait sans douleur et semble constituer un prolongement logique de l’oreille. Certes la première fois n’est pas évidente pour les non-initiés, mais une fois les premiers émois passés, les 1964-V6S se glissent aisément dans l’oreille et ressortent de la même façon.

Le câble torsadé, et amovible, est une constante sur les intras sur mesure et c’est surtout le meilleur type de câble pour un usage nomade. Les intras se portent avec le câble au dessus de l’oreille et il est ensuite possible de passer le câble dans le dos ou devant en fonction de son usage.

On fera attention au volume comme sur tous les intras, la sensibilité étant élevée on atteint vite des niveaux sonores déraisonnables.

Et le son ?

Les 1964-V6S sont dans la même veine que les 1964-V3, des intras à la signature « Flat mais pas trop ». Pensé comme un retour de scène pour audiophiles, ce modèle entends satisfaire les utilisateurs professionnels comme particulier. Le résultat ? Un aigu qui coupe plus tôt et un bas-médium légèrement prononcé sans jamais franchir la frontière qui le ferait basculer dans le territoire des intras basseux.

Comparé aux 1964-Qi que je possédais précédemment, les 1964-V6S sont bien plus équilibrés, et si j’ai particulièrement apprécié le grave de mes Quads, la courbe de fréquence moins gonflée dans le bas du spectre se traduit par une écoute plus sage et plus versatile.

Les aigus du 1964-Q étaient son principal point faible et 1964-ears à particulièrement bien corrigé le tir avec un 8kHz beaucoup moins agressif. Testé sur plusieurs baladeurs dont les Astell&Kern AK120ii et AK240, j’ai eut tout loisir de tester des pistes aux aigus « agressifs » et de jouer sur l’egaliseur pour augmenter ou réduire ces fréquences afin de flirter avec les les limites de l’intra.
Bonne nouvelle, vos oreilles lâcheront bien avant.

Le médium ainsi que le bas-médium sont un sans faute, on reconnaît immédiatement les timbres et les enregistrements mal mixés sont automatiquement audibles. Plus sec qu’un intra à membrane dynamique, ces médiums sont aussi plus précis, il n’y a pas d’écho ou de « latence » dans le rendu. Tout est parfaitement placé et si on entends les doigts glisser sur les cordes on distingue immédiatement ce qui est voulu ou pas et sur certaines pistes c’est un véritable régal.

Très sensibles, les 1964-V6S se sont vite révélés sensible au souffle et les mauvais élèves à ce niveau ne sont pas ceux qu’on croit, l’iPhone 5 a par exemple fait preuve d’une totale absence de souffle. Le premier FiiO X3 avait un très léger souffle, inaudible sur des intras autre que les 1964-V6S mais sur le nouveau FiiO X3ii, pas de problème. Le Ibasso DX90 reste un de mes baladeurs préféré, son amplification est un bon cran au dessus des autres baladeurs et cela s’entend directement avec les 1964-V6S, la scène sonore est bien définie et on placera sans effort les différents musiciens. La technologie 3D-Stage y est peut être pour quelque chose, en tout cas repasser sur des intras universels se fait vite sentir avec une scène sonore beaucoup plus étriquée.

Après quasiment 2 ans avec je reste encore surpris par la performance que délivre ces intras.

1964-v6s_ blog_audiogarden_test (41)

Pour aller plus loin

Contrairement aux intras universels d’ailleurs, il n’y a pas plusieurs embouts qui pourraient influer sur le rendu. Heureusement la canule s’adapte parfaitement à votre morphologie et je n’ai jamais senti la moindre gêne sauf en cas d’inflammation du conduit (rhume, nez bouché).

Il existe maintenant de nombreux amplis casques nomades dédiés aux intras et si j’ai eut le loisir d’en essayer plusieurs, l‘addition d’un ampli sur un baladeur audiophile se justifie moins à mon sens avec des intras qu’avec un casque nomade. J’attends tout de même de tester le ALO RX, dédié intras sur mesure.

L’isolation est très bonne, un petit peu en dessous d’un intra universel avec les embouts silicones de type triflange mais on reste dans le haut du panier avec une atténuation linéaire de très bon niveau.

Comparé au 1964-V8 et Unique Melody Mentor (test à venir) les 1964-V6S sont plus neutre avec un bas médium un peu plus sage. En terme de résolution, les Mentor sont bien évidemment au dessus, mais c’est presque logique pour un intra deux fois plus cher.

Les 1964-V8 sont très proches des 1964-V6S si on fait abstraction de la surenchère de basses qui ramènent plutôt la parenté de ce modèle aux 1964-Qi.

1964-v6s_ blog_audiogarden_test (2)

Pour conclure

Si l’envie de passer aux intras sur mesure vous démange, les 1964-V6S seront un excellent choix. Très équilibrés, ils s’adaptent à tous les genres et satisferont aussi bien les audiophiles que les professionnels du son. Confortable et surtout performant, c’est l’évolution logique d’un Westone Universel par exemple ou simplement le remplaçant idéal d’un casque hifi fermé en nomade. A associer avec un baladeur audiophile ou un ampli-Dac de haut niveau pour en tirer le maximum.

Disponible sur www.audiogarden.fr

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire