[Test] Continental Dual Mono : best in class (A)

Le Continental Dual Mono est le nouveau porte étendard de la marque ALO Audio. Evolution (très) poussée de leur premier ampli nomade à tube, ce Continental intègre tout le savoir-faire de la marque dans un appareil dit  » Transportable ». Mais derrière un nom à rallonge et un format mastard ALO Audio parvient il encore à nous faire rêver ? La réponse ici, dans notre test !

Prise en main du Alo Audio Continental Dual Mono

Le Continental Dual Mono (ou CDM pour simplifier) est un ampli-DAC qui semble plus s’apparenter au monde du matériel sédentaire que nomade de prime abord. Avec près de 15cm de longueur pour 8cm de large, ses mensurations ne lui permettent pas de s’insérer dans toutes les poches. Heureusement cela dit, car la présence de tubes se traduit aussi par une montée en température sensible voir dangereuse dans une poche de jean.

Bon soyons réaliste, le CDM est conçu comme un appareil transportable à l’instar du Chord Hugo, son concurrent direct. Il faut donc plutôt le considérer comme un ampli-dac de bureau capable d’être emporté dans un sac à dos ou même un sac à main. C’est la toute l’ambivalence du Continental qui comme le Hugo (encore) cherche à créer sa propre catégorie, verre à moitié vide ou à moitié plein ? A vous de voir.

Une fois en main, rien à dire, Alo Audio connait son métier : usinage impeccable, vitre gorilla glass, chaque prise est parfaitement alignée et pour ce que ça vaut, le CDM est parfaitement équilibré. En fonctionnement, les tubes chauffent mais surtout affichent une discrète lumière rouge, propre au filament des tubes et personnellement, je trouve cela assez classe. Bémol sur le potentiomètre, si il est en aluminium pour ne pas jurer avec l’ensemble, il transmet directement la châleur des tubes, pas top.

Le Continental Dual Mono se recharge via un adaptateur secteur fournit, bonne nouvelle la marque fournit une multitude d’embouts dont une prise EU. On ne compte plus le nombre de produits haut de gamme qui débarquent avec une prise UK ou US alors que cela ne coute pas plus cher au constructeur (ou si peu). On pourra regretter l’impossibilité de recharger en USB, mais malheureusement c’est une constante sur les appareils à tubes, l’USB ne permettant d’offrir la tension nécessaire.

Sur le dessus on retrouve donc les deux sorties casques, une sortie de 3.5mm en jack pour les casques standard et une deuxième sortie en 2.5mm pour les appareils câblés « balanced » de plus en plus nombreux sur le marché.
Dans l’autre sens, on retrouve les même entrées, 3.5mm en jack et 2.5mm en jack balanced. S’ajoutent à cela une sortie ligne et une entrée numérique micro USB pour utiliser la partie DAC du CDM.

Autour du potentiomère on observe aussi plusieurs petites lumières, il s’agit en fait d’indicateurs concernant le signal traité, le CDM gérant jusqu’au signaux DSD. Enfin, on retiendra les deux switchs, le premier basculant de la position High Gain à la position Low Gain et le second permettant de choisir l’entrée utilisée.

Le Continental Dual Mono est tout à fait capable d'alimenter un Audeze LCD-X.
Le Continental Dual Mono est tout à fait capable d’alimenter un Audeze LCD-X.

Bundle et équipement

Le Continental Dual Mono est livré dans une boîte en carton assez banale, assez loin de l’exubérance de certaines marques mais on aurait malgré tout préféré un peu plus de folie pour un produit aussi luxueux.

A l’intérieur, on retrouve :

– le CDM
– une housse transport en maille
– un câble USB-micro-USB de la série Green Line (149€ seul !)
– des élastiques pour associer le Continental
– le chargeur secteur
– un leaflet d’explications

Sans être pléthorique, le bundle reste suffisamment complet pour permettre d’utiliser le Continental Dual Mono dés la sortie de la boîte. Il manque malgré tout, je pense, un câble en 2.5mm ou au moins un câble jack-jack pour se brancher sur un baladeur ou un DAC.

Attention, pour être utilisé en tant que DAC sur un ordinateur windows il sera nécessaire d’installer des pilotes qui ne sont malheureusement pas fournis avec l’appareil. Vous pourrez les trouver sur notre site ou directement sur le site d’ALO Audio.

Caractéristiques du Continental Dual Mono

Pour son flagship, ALO Audio a décidé d’aller à contre courant des tendances actuelles dans le choix des composants. Si déjà le principe d’ampli nomade à tubes peut intriguer, pour le DAC on s’attendait à des puces en vogue telles que Cirrus Logic ou Sabre avec sa série ESS et non, l’équipe de Portland a choisi Wolfson pour son bébé. Des WM8741 pour être précis et non des WM8740 comme sur la plupart des modèles du marché, plus modernes ils sont aussi moins utilisés donc ce sera la surprise à l’écoute !

Comme l’indique son nom, cet ampli fonctionne en double mono, chaque tube gérant un canal. Les tubes utilisés sont les 6111 en New old stock, en gros des tubes neufs mais d’il y a fort longtemps. Pour les intégrer, ALO les a soudé directement sur des PCB customs afin d’améliorer l’intégration et le changement de tubes pour les plus passionnés d’entre vous.

Toute la partie pré-ampli est donc régie par les tubes en Classe A, comme sur un ampli de salon. L’amplification de puissance est quand à elle relayée à un circuit transistor en classe A/B afin d’obtenir le meilleur des deux mondes, du moins sur le papier, nous verrons ce qu’il en est en pratique.

Le port USB ne transmet que la Data, ce qui est très pratique pour l’utilisation en ampli-DAC, les smartphones étant souvent limités dans le support par la nécessité d’alimenter le DAC en courant. Le Continental Dual Mono est donc sensé fonctionné sur les appareils Apple et Android via USB OTG.

Le DAC gère en PCM les flux jusqu’à 192khz/24bits avec un code couleur indiquant quel flux est transmis à l’appareil. Le DSD64 est lui aussi supporté nativement et vous pourrez ressortir vos SACD pour le Continental.

Les couleurs sont : rouge = 44.1/48 khz, vert = 88.2/96 khz , bleu = 176.4/192 khz et blanc = DSD.

La batterie utilisée est une Panasonic 18650, ou plutôt trois d’entre elles pour alimenter les tubes, beaucoup plus énergivores que le traditionnels transistors. Alo assure que ces batteries garantissent plus de 1000 cycles de recharge/décharge.

Les entrées et sorties symétriques au format 2.5mm ont sans doute été choisies afin de se brancher sur les sortie balanced des baladeurs Astell&Kern, toute la gamme étant doté de cette sortie désormais considérée comme un standard dans le milieu. Les casques câblés en symétriques utilisant une prise 2.5mm ne sont pas légion, mais les adaptateurs XLR-jack 2.5mm sont de plus en plus disponibles, preuve que la demande existe.

Le Continental Dual Mono fonctionne en ampli-dac avec tous les iDevice et la majorité des appareils android.
Le Continental Dual Mono fonctionne en ampli-dac avec tous les iDevice et la majorité des appareils android.

Fiche technique

 

Dimensions

 

  • – 145mm x 82mm x 25mm (Lxlxh)
  • – Entrées : 1x Jack 3.5mm / 1x Jack 2.5mm (symétrique) / micro- USB
  • – Sorties : 2x Jack 3.5m (sortie casque et Line out) / 1x Jack 2.5mm (symétrique)
  • – Compatibilité : 16 bits / 24 bits – 44khz / 48 khz / 88 khz / 96 khz / 176 khz / 192 khz – DSD 2.5 MHZ

 

Puissance de sortie

 

  • – Sortie asymétrique : 80mW @ 32 ohms / 95mW @ 50 omhs / 75mw @ 150 ohms / 60 mW @ 300 ohms
  • – Sortie symétrique : 125W @ 32 ohms / 155 mW @ 50 ohms / 110mW @ 150 ohms / 95mW @ 300 ohms

 

A l’usage

Bon le CDM est gros, lourd, pas de surprises à ce niveau, mais à l’usage est-ce gênant ? Et bien étonnamment non, toute proportion gardée bien sûr.

Posé sur un bureau et relié à un ordinateur ou un iPad le Continental se révèle somme tout assez ergonomique. Le potentiomètre est suffisament souple pour assurer un réglage précis du volume et le format de l’ampli évite de le voir valdinguer à chaque manipulation.
Pour ce test j’ai utilisé le CDM en ampli-DAC 90% du temps, branché sur mon ordinateur, c’est l’usage le plus pratique et cela permet de l’abreuver de toutes les sources possibles et imaginables.

Branché à un iPhone ou smartphone Android, c’est déjà autre chose. Premièrement je vous conseille de le relier à un smartphone de 5″, au moins. Tous les appareils plus petits seront beaucoup plus compliqués à attacher avec les élastiques d’origine. Pareil, je vous conseille d’utiliser du velcro pour relier les deux appareils, une très large bande de velcro 3M reliera solidement et simplement le CDM à un téléphone.

Le Continental Dual Mono dispose d’une prise micro-usb, pour brancher un smartphone Apple il faudra donc utiliser encore et toujours le Caméra Connection Kit. Sur Android un câble USB OTG ou micro-usb -> micro-usb fera la connexion, mais par contre il faudra vérifier la compatibilité avec votre appareil.

Logiquement, l’ensemble ne rentre dans aucune poche de jean ou de veste. Il faudra privilégier le sac dédié ou alors de le laisser au fond d’un sac à dos / bandoulière. Vous pouvez aussi brancher le Continental au fond du sac et prendre un câble usb standard 1.2m pour garder le téléphone dans votre poche. C’est moche, mais bon voyez ça comme une batterie externe.

Enfin, vous pouvez aussi brancher l’ampli sur un baladeur audiophile ou un DAC externe. Que ce soit par Jack 3.5mm ou jack 2.5mm pour profiter de la sortie balanced. On obtient un ensemble cohérent quoiqu’un peu épais, testé avec plusieurs baladeurs il faut accepter un certain poids mais le son en vaut la chandelle (enfin c’est encore à voir).

Pour résumer : sur un bureau le Continental Dual Mono sera un très bon compagnon mais en nomade il pourra vite se révéler un peu trop présent.

Le Continental Dual Mono est un bel objet, il respire la qualité. Un peu gros par contre !
Le Continental Dual Mono est un bel objet, il respire la qualité. Un peu gros par contre !

Et le son alors ?

Deux tubes en mono sur un ampli nomade doté d’un DAC Wolfson WM8741. Pari réussi ?

Et bien sans trop m’avancer… le Continental est le meilleur ampli-dac « transportable » que j’ai pu essayer pour le moment, rien que ça. On pourrait tomber dans les travers du  » c’est cher donc c’est bon  » mais objectivement, le Continental Dual Mono est excellent. Détaillons le pourquoi du comment.

Je ne suis pas un grand fan des tubes, les aigus en retrait et le son « chaud » font trop vintage à mes oreilles, surtout que j’écoute principalement de l’électro un peu bête. On retrouve bien sûr la sonorité propre au tube sur le CDM, mais on sent que l’ampli est issu du 21ème siècle. C’est propre, ça ne traine pas et les extensions ne sont pas étouffées (oui il existe une vie après 8khz). Le Continental claque fort, la réserve de puissance est impressionnante et bon nombre de casques ou d’intras lâcheront bien avant l’ampli, surtout que même à haut volume le souffle reste imperceptible.

En ampli-DAC, le DAC Wolfson est proche du modèle WM8740, mais en comparaison directe le WM8741 offre une dynamique bien plus étendue. Sur des ensembles orchestraux on entends distinctement les grappes d’artistes qui se détachent, beaucoup plus que sur le DX50 par exemple.
Le choix du DAC a sans aucun doute été influencé par l’usage des tubes, si les Cirrus Logic sont plus propres dans les aigus, le Wolfson conserve cette légère bosse dans les médiums qui s’adapte parfaitement à l’ampli, chaud mais pas trop dira-t-on. Je ne dirai pas que le DAC du Continental Dual Mono est le meilleur, certaines références chez Astell&Kern ou les puces Sabre du Ibasso DX90 dévoilent plus de micro détail.

Après quelques mesures on constate qu’ALO Audio n’a pas menti, la distorsion est inexistante sur la sortie ligne et même sur la sortie casque on se trouve dans des valeurs inaudible pour l’oreille humaine. N’ayant le matériel pour effectuer les mesures sur les prises symétriques je n’ai pas pu les réaliser, le constat à l’écoute est essentiellement un gain de spatialisation et de puissance, mais cela n’a pas été audible sur tous les casques… (surtout que peu sont câblés en symétrique d’origine)

Toujours avec l'iPhone !
Toujours avec l’iPhone !

A l’écoute, le son est chaud mais sans excès, c’est un pur produit US avec des graves puissants et des aigus un peu plus timides mais tout de même présents. Sur mes 1964-V6S (mes ears de prédilection) la symbiose opère et on obtient un ensemble très cohérent. Les voix se détachent sans efforts et le bas du spectre claque fort. Les amateurs d’aigus et de sons clairs resteront peut-être sur leur faim par contre, le tube n’a jamais été connu pour ses performances dans le haut du spectre et ça se confirme avec le CDM. Ce n’est pas mauvais, mais certains amplis montent plus haut et seront plus flatteurs dans les aigus, surtout après 10khz.

Grâce aux deux positions de gain, il est possible d’utiliser aussi bien des casques sédentaires que des intras. Après les 1964-V6S j’ai branché un Audeze LCD-X, en gain élevé bien sûr, pour voir comment se débrouille le Continental avec un planar. Le PanAm avait été conçu pour fonctionner de concert avec le LCD-2 mais obtient-on la même fusion avec cet ampli ?

Le Continental « drive » avec autorité le LCD-X, casque planar qui s’accommode admirablement bien de cet ampli. Les graves sont secs et percutants et même à haut volume l’ampli conserve une grosse réserve de puissance, suffisamment pour vous rendre sourd tout du moins ! La dynamique est impressionnante et sur les ensembles orchestraux c’est une petite merveille. Encore une fois, le Continental Dual Mono est plus à considérer comme un ampli/Dac de salon au format mini qu’un appareil nomade. Il est possible de s’autoriser des casques sédentaires habituellement trop gros et energivores, le Continental s’acquittera de la tâche sans sourciller.

Dans l’ensemble, il est très dur de trouver une faiblesse sur le plan audio. Tout est parfaitement étagé, la dynamique est excellente, le réglage du volume et efficace sans diaphonie gauche droite et le CDM pourra virtuellement faire marcher tous les casques du marché.

Plus proche du Studio 6 que du PanAm, le Continental ne déçoit jamais ;)
Plus proche du Studio 6 que du PanAm, le Continental reste plus facilement transportable.

Pour aller plus loin

Mode ampli-dac USB

Le Continental Dual Mono est un ampli/DAC USB, j’ai donc testé l’appareil sur plusieurs supports pour vérifier sa compatibilité.

Sur iPhone/iPad pas de soucis particuliers, il suffit de brancher l’appareil en USB via le Caméra Connection Kit et hop, ça fonctionne. Via les applications standard type Apple Music / Deezer / Spotify le CDM ne lira que les signaux en 16bits/44khz. On peut pousser plus loin via l’application ampliflac et il devient alors possible de lire des fichiers jusqu’à 192khz/24bits. Les lumières sur le CDM vous indiquent quel est le débit du flux en cours de lecture.

Sur Android, la plupart des appareils ont fonctionné : LG G2, Galaxy Note 2, Nexus 7, Nexus 5, Galaxy S6. Seul certains modèles ont refusé de fonctionner, malgré notre bon vouloir. Pour se brancher un câble micro-usb OTG suffit, ou alors un micro-USB vers micro-USB.

Sur PC, il faudra installer le pilote DSD sans quoi l’appareil ne sera pas reconnu par votre ordinateur. Une fois connecté, il fonctionne comme un ampli-dac USB tout ce qu’il y a de plus standard. Tout au plus faudra-t-il faire attention à la charge de la batterie et si possible le brancher à son chargeur pour les longues écoutes.

Sur Mac, l’appareil est automatiquement reconnu mais pour activer la lecture DSD il sera nécessaire d’installer le pilote fourni par ALO. Pour le reste, c’est identique à la version PC.

Mode DAC

En mode DAC, il suffit de brancher un ampli sur le Continental Dual Mono sur la sortie ligne, en jack 3.5mm. Testé sur plusieurs amplis, le DAC est dans le plus pur style Wolfson : très bonne dynamique, légère emphase dans les médiums et des aigus qui coupe plus tôt que chez la concurrence. La sortie ligne délivre 2V, ce qui est largement suffisant pour 90% des amplis casques nomades. Je n’ai pas trouvé d’intérêt particulier à l’utiliser uniquement en DAC étant donné que c’est plutôt l’ensemble ampli-DAC qui rend le CDM aussi magique à l’écoute.

Mode Ampli

Le CDM dispose de deux entrée analogique, une symétrique et une autre non. Il est alors possible de brancher un DAC externe dessus afin de n’utiliser que la section ampli. Après plusieurs tests, la combinaison la plus intéressante sur mon style d’écoute est une association DAC Sabre + CDM. La scène sonore et la dynamique sont réduites mais on entends plus de détails et le rendu final gagne en neutralité.

Conclusion

Le Continental Dual Mono est il cher ? Oui ! Est-il gros ? Oui ! Est-il le meilleur ampli-dac nomade du moment ? Oui !
Solution haut de gamme pour l’audiophile pointu, le CDM est l’alternative logique pour celui qui préfère un outil à tout faire qu’un baladeur audiophile. Tenant la comparaison avec les meilleurs DAP il a pu driver les casques sédentaires les plus massifs sans faillir.
Si le format ne vous fait pas peur et que le budget vous le permet, foncez !

www.audiogarden.fr

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire