Guide : Musique en 24 bits et FLAC, comment en profiter sur smartphone

Fichiers High-res, qualité Studio Master, FLAC, ALAC, 24/192… Vous le lisez partout, on vous dit que c’est LA révolution du son, le graal de la musique. Mais bon voila, vous n’avez que votre smartphone et vous aimeriez bien vous aussi l’entendre cette fameuse révolution. Réjouissez vous, ce guide est fait pour vous.

La musique en 24 bits, ça change quoi ?

Depuis l’apparition du MP3, la musique a opéré la transition numérique avec le succès qu’on lui connait aujourd’hui. La numérisation est la décomposition du signal analogique en un signal analogique. Et si le premier est parfaitement audible pour nous, il l’est beaucoup moins pour les machines qui ne comprennent que les chiffres binaires, les fameux bits.

Le 24-Bit est utilisé depuis longtemps sur les cartes sons PC. Ici Creative
Le 24-Bit est utilisé depuis longtemps sur les cartes sons PC. Ici Creative avec sa gamme Sound Blaster

Les deux valeurs importantes sont la quantification et l’échantillonnage. La quantification est en quelque sorte la profondeur de numérisation, plus elle est élevée et plus le son est précis. Par exemple, pour un signal codé sur 16bits (qualité CD) il existe 65 536 valeurs possibles pour une valeur donnée. En 24 bits, cette valeur monte à 16 777 216, soit 256 fois plus de déclinaisons possibles de la même valeur !
L’échantillonnage constitue lui un « arrêt sur image » du signal à un instant T, pour une piste en 48kHz (qualité CD toujours) on a donc 48 000 instantané du signal par seconde et 192 000 instantané pour une piste en 192kHz.

Par exemple : un album dit de qualité CD en 16/44 est donc codé sur 16 bits avec un échantillonnage de 44 khz. Le même album en qualité « HD » 24/96 est lui codé sur 24 bits et 96 khz.

Pour faire simple, plus l’échantillonnage est élevé et moins le signal est altéré. Plus l’échantillonnage est faible et moins les subtilités de l’enregistrement original seront audibles, voir carrément absent.
La quantification elle va jouer sur la dynamique, avec une piste codée sur 24 bits, on peut atteindre les 144 dB (!) valeur évidemment théorique car vous seriez sourd en quelques minutes, voir secondes.

Plus on augmente la fréquence d’échantillonnage et plus on se rapproche du signal analogique. (source : technicien-du-son.com)
Plus on augmente la fréquence d’échantillonnage et plus on se rapproche du signal analogique. (source : technicien-du-son.com)

Mais dans la pratique, quelle est la différence ?

Pour faire très simple, plus quantification est élevée plus la dynamique sera importante et donc plus les différences entre sons forts et faibles sera audible. Plus l’échantillonnage est élevé et plus les détails de la prise de son analogique seront audibles.

Le problème c’est que dans la pratique pour en profiter il faut que toute la chaîne soit en 24 bits : Enregistrement Studio sur 24 bits -> pressage sur 24 bits -> Formats de fichier 24 bits -> DAC compatible 24 bits (ouf)
Et encore, il faut aussi que l’ampli soit de qualité derrière pour profiter de tous les avantages théoriques (mais non moins réel) du 24 bits.

Cependant, de plus en plus de produits sont compatibles et les constructeurs comme les labels jouent le jeu ce qui, à terme, devrait démocratiser réellement la musique « HD ».

Ok, mais moi j’écoute sur smartphone ça change quelque chose?

« Ok le baladeur audiophile c’est cool, mais moi je veux garder mon téléphone, il lit aussi de la musique ! Non ? »

C’est vrai, les smartphones actuels sont devenus les baladeurs de jadis. Avec un espace de stockage toujours plus important, des processeurs sur-puissants et des écrans QUHDTRILUMINOSAMOLED. Problème, à part de rares exceptions, l’audio a toujours été un parent pauvre. Certes, quasiment tous les smartphones modernes sont capables de décoder un signal 24 bits mais le circuit audio est encore un bon cran en dessous des baladeurs audiophiles.

Un bon article pour vous en convaincre : Le dossier smartphone VS Baladeur du site Lesnumériques

Les smartphones ont fait énormément de progrès au niveau du son, mais les baladeurs restent meilleurs.
Les smartphones ont fait énormément de progrès au niveau du son, mais les baladeurs restent meilleurs.

Mais voila, vous voulez gardez votre smartphone comme source principale et on vous comprends, après tout c’est votre meilleur ami et il vous connait mieux que vos enfants/chats/boss/femme (rayez la/les mention(s) inutile(s)). Bonne nouvelle, chez Audio Garden on a pensé à vous et on va vous expliquer comment profiter de la musique lossless en haute définition sur votre smartphone grâce à : un ampli/DAC USB !

Un ampli/DAC USB… pour smartphone ?

Et oui ! En marge des baladeurs audiophiles, les ampli/DAC sont de plus en plus présent dans les installations nomades. Si ils sont déjà bien implantés dans les installations sédentaires, en nomade ils se font plus confidentiels.

Pour les deux du fonds qui n’auraient pas suivi notre blog (vous pouvez encore vous rattraper) toute installation audio, de la plus compacte à la plus complète est composé de trois éléments fondamentaux : la source, le DAC et l’ampli (et le casque mais c’est encore autre chose).

La source stocke les données numériques, votre musique, quel que soit son format. Le DAC convertit les signaux numériques (0,1,1,0,1,0) en un signal analogique. Enfin, l’ampli… amplifie ce signal pour pouvoir l’écouter à un volume décent sur le support final, casque ou enceintes.

 

Pour améliorer le son de son smartphone, on peut utiliser un ampli nomade, mais le mieux reste d'utiliser un ampli-DAC USB.
Pour améliorer le son de son smartphone, on peut utiliser un ampli nomade, mais le mieux reste d’utiliser un ampli-DAC USB.

Facilement identifiable dans une installation Hifi sédentaire il est bon de rappeler que tous les systèmes sonores fonctionnent sur cette base. Dans le monde informatique on appelle ça une carte son, dans un téléphone on parle de chipset audio mais gardez en tête que vous aurez toujours les 3 éléments.

Dans notre cas, nous avons déjà une source, un dac et un ampli dans notre smartphone. Le problème ? Il s’agit souvent de puces relativement limitées. Et oui, les puces d’amplifications et les DAC « audiophiles » consomment souvent autant que le processeur du téléphone, un peu moyen si on veut tenir une journée complète…

L’idée avec un ampli/DAC pour smartphone est de déporter la section audio dans un appareil dédié via la connexion USB du dit appareil. Le smartphone ne devenant qu’une simple source contenant les fichiers numériques mais conservant l’ergonomie qui vous est si chère.

Oh mais ça l’air super l’ampli/DAC ! On a du 24 bits avec donc ?

C’est un peu plus compliqué que ça, mais pour faire simple : oui.

Pour se faire, nous allons faire deux cas pratiques avec les deux éco-systèmes majeurs : iOS et Android. Et nulle envie de créer un nouveau débat houleux mais le premier part avec de sérieux atouts.

Mais bon, on va commencer par Android (qui a dit honneur aux faibles ?).

Ampli/DAC sur Android

Première chose à faire, il faudra vérifier que votre appareil gère bien l’USB OTG, essentiel pour pouvoir profiter d’un ampli/DAC. Pour rappel, cette connexion permet de brancher un support de stockage – une clé USB par exemple – directement au smartphone sans devoir utiliser un ordinateur. Si votre appareil ne le gère pas vous pouvez abandonner ici, désolé.

Pour ceux qui restent, il faut ensuite passer à la deuxième étape, choisir un ampli/DAC avec entrée USB et batterie intégrée, en effet les appareils auto-alimenté ne fonctionneront qu’avec les prises USB capables de délivrer au moins 1000 mAh et à part les tablettes, les téléphones de ce gabarit ne sont pas légions. On va donc mettre toutes les chances de notre côté en utilisant un ampli/DAC avec batterie intégrée, dans notre cas un FiiO E18.

Le FiiO E18 est un ampli-dac nomade conçu exclusivement pour android. Il offre en plus des contrôles direct pour le smartphone.
Le FiiO E18 est un ampli-dac nomade conçu exclusivement pour android. Il offre en plus des contrôles direct pour le smartphone.

Pour le branchement nous allons donc utiliser un câble USB, ici micro-USB->mini-USB, une connexion entièrement numérique qui permet de déporter entièrement le signal sur l’ampli/DAC. L’appareil affiche dans la barre de notification la connexion d’un appareil USB, preuve que tout fonctionne correctement.

Vient la dernière étape, choisir une application de lecture audio qui gère le décodage des fichiers FLAC et 24 bits. Sur le Play store android elles sont légions et je ne pourrai pas vous en conseiller une plus que les autres. La plus connue est Poweramp c’est donc celle que j’ai utilisé pour le test.

Une fois les fichiers FLAC correctement décodés par l’application du smartphone le reste est hyper simple. Le volume d’écoute se contrôle automatiquement sur l’ampli/DAC et sur certains appareils tel que le FiiO E18, il est possible de contrôler le changement de piste, la lecture et la pause.

Et sur iPhone alors ?

Sur iPhone la question de compatibilité est plus simple, soit l’appareil a bien la certification MFI et peut fonctionner en tant qu’ampli/DAC, soit il ne l’est pas et ne fonctionnera pas. Depuis iOS 7 la compatibilité a été améliorée mais en échange le nombre d’appareils compatible a drastiquement été réduit.

La connexion se fait via la nouvelle prise lightning d’Apple, 8 broches et réversible cette connexion a surtout le principal intérêt d’être intégralement numérique, exactement ce qu’on recherche. Par contre, si beaucoup d’appareils sont compatibles iOS, ils ne disposent pas forcément d’une entrée USB-A pour autant. C’est la qu’intervient le CCK.

Le CCK ? Oui, le Caméra Connection Kit. Cet accessoire présent dés la sortie du premier iPad se branche sur la prise 30-broches ou 8 broches en fonction de la génération de votre appareil et permettra de bénéficier d’une entrée USB-A sur votre smartphone. Il est aussi possible d’utiliser un adaptateur lightning vers micro USB mais il faudra dans ce cas posséder un câble micro-usb vers micro-usb.

le Cayin C6 est spécialement conçu pour iPhone, c'est l'un des rares appareils ne nécessitant pas de CCK.
le Cayin C6 est spécialement conçu pour iPhone, c’est l’un des rares appareils ne nécessitant pas de CCK.

Une fois l’appareil connecté en USB, il suffit d’utiliser vos applications de streaming (Deezer/spotify/Tidal/Qobuz) ou encore l’application native pour écouter votre musique, le signal sera directement envoyé sur l’ampli/DAC sans autres réglages nécessaires. Parfait donc pour profiter de la magie du streaming audio et des qualités sonores d’un ampli/DAC avec votre casque.

Pour lire de la musique en 24 bits il faudra par contre passer via une application tierce : ampliflac (oui ça ne s’invente pas comme nom). Simple et bien pensée, cette application permet de lire des fichiers 24 bits sans effort sur votre smartphone. Il faudra par contre passer par la même application sur iTunes pour transférer la musique, Apple ne le permettant pas nativement.

Une fois installée, l’appli lira vos pistes en 24b/192k et les renverra directement sur l’ampli/DAC qui dispose lui d’un DAC permettant de décoder les flux 24 bits. Parmis les ampli/DAC nomades compatibles 24 bits on notera le Cayin C6 qui dispose directement d’une entrée USB-A et l’ International+ d’ALO audio, en micro-USB mais avec une puissance sonore plus conséquente.

Et comparé à un baladeur audiophile ?

Les baladeurs audiophiles ont le vent en poupe depuis quelques années et il est donc logique de se demander si il vaut mieux un ampli/DAC pour son smartphone, ou prendre un baladeur audiophile.

Tout va dépendre de votre usage général.

Les baladeurs audiophiles se destinent aux personnes qui souhaitent avoir un appareil exclusivement dédié à la musique. De la même façon, il sera beaucoup plus simple de profiter de la musique en 24 bits sur un baladeur audiophile. Un simple glisser-déposer sur la carte SD et il est possible de lire ses pistes en « audio HD », pas d’applications tierces ou de réglages à faire.

De même, les baladeurs audiophiles sont moins encombrants que l’ensemble smartphone + ampli/dac, conçus d’un seul bloc il se glissent dans une poche ou un sac. Enfin, ils disposent tous d’un port micro-SD ce qui les rend beaucoup plus évolutifs en terme de stockage.

Pour se faire une idée, le FiiO X1 est parfait pour débuter.
Premier prix parmis les baladeurs audiophiles, le FiiO X1 offre déjà d’excellentes performances.

Les ampli/DAC se branchent sur un smartphone, ce qui permet d’accéder aux plateformes de streaming et offre donc à l’utilisateur une musicothèque quasiment infinie. De plus, avec la qualité des réseaux modernes (Wifi et 4G) il est possible de streamer de la musique en qualité CD et même au-dela sur son smartphone, parfait pour les ampli/DAC 24 bits.

Certains appareils rechargent les smartphone, pratique pour ceux qui s’inquiètent de voir la batterie diminuer encore plus vite.

A chacun de voir quel appareil sera le plus adapté à son usage.

Pour conclure

L’ampli-DAC USB est une solution très efficace pour profiter d’une qualité de son supérieure sur smartphone. Simple à installer il suffit de se brancher en USB sur sur son smartphone pour bénéficier de la musicothèque quasi illimité du streaming ou du cloud. La progression constant de la vitesse des réseaux et de la qualité des flux permettra à terme de profiter de la musique en 24 bits directement sur son smartphone associé à un ampli/DAC. Néanmoins il faudra prendre en compte l’encombrement supplémentaire qui pourra freiner certains.

Enfin, si vous ne jurez que par la musique en « Haute Définition » et que pour vous le streaming se limite à un usage ponctuel, un baladeur audiophile restera la meilleure solution pour vous de par leur simplicité à l’usage.

Dans tous les cas il reste la possibilité de tester directement les produits afin de se faire sa propre idée !

www.audiogarden.fr

Haja Écrit par :

Musique, matos, gadgets. On mixe le tout, et hop !

2 Comments

  1. patbos78
    11 décembre 2015

    On peux aujourd’hui contourner l’absence de connexion usb OTG sur Android en utilisant un ampli-dac Wifi tel que le Celsus Sound Compagnion 1 (C1). C’est ce que j’ai fait avec mon Samsung Galaxy Note GT N7000 (Android 4.1.2) qui ne semble pas accepter la connexion OTG et qui ne bénéficiera plus d’upgrade. Si le Wifi du Celsus n’est pas aisé à paramétrer, ça marche ensuite super notamment en Wifi AP Connect, appairage utilisant le réseau du C1 associé à l’appli BubbleUPnP (3,50€ sur le play store).

Laisser un commentaire